Quel est le meilleur buteur de la coupe du monde?

Quel est le meilleur buteur de la coupe du monde?La Coupe du monde de la FIFA :

Ouverte à toutes les fédérations qui soient reconnues par la FIFA (Fédération internationale de football association), la Coupe du monde de la FIFA ou Coupe du monde de football est souvent désignée par le grand public par le terme « Mondial ».

Cet évènement sportif de dimension mondiale, le plus regardé dans le monde avec les Jeux olympiques et le plus médiatisé avec la Formule 1 et les Jeux olympiques, dont l’instigateur est le président de la FIFA de l’époque, Jules Rimet, a vu le jour en France en 1928. A la suite de quoi, sa première édition se déroule en 1930 en Uruguay, voyant la victoire de l’équipe nationale de ce pays organisateur.

La périodicité de cette compétition internationale de football pour laquelle des infrastructures sportives sont construites et/ou rénovées est de quatre ans et l’on peut affirmer qu’elle a des retombées économiques positives pour le pays organisateur tant à propos de la croissance de certains secteurs d’activité que sur le développement de celui-ci.

Depuis sa seconde édition, et donc à part celle de 1930, la Coupe du monde de la FIFA comporte deux phases dont la phase préliminaire ainsi que la phase finale. Cette première est organisée par les confédérations continentales dans le but de qualifier pour la phase finale les meilleures sélections de chaque continent. Quant à la phase finale, elle a lieu dans un pays organisateur qui est désigné par la FIFA. La dernière édition, qui s’est déroulée en 2010, a ainsi été accueillie et organisée par l’Afrique du Sud, le premier pays organisateur africain, et la prochaine édition, celle de 2014, aura lieu au Brésil.

De nos jours, trente-deux équipes nationales masculines s’affrontent lors de la phase finale qui dure environ un mois. Notons qu’il existe, depuis 1991, une version féminine officielle de la Coupe du monde de la FIFA. Organisée par la Fédération internationale de football association, la Coupe du monde de football féminin ou Coupe du monde féminine de la FIFA se déroule également tous les quatre ans. Pour illustration, cette première édition officielle qui s’est déroulée en 1991 en Chine a vu les États-Unis remporter le trophée. La dernière édition, en 2011, dont l’Allemagne a été le pays hôte, a été pour l’équipe nationale féminine du Japon de remporter le Sacre. Titre qui sera remis en jeu lors de l’édition 2015 au Canada.

Pour revenir à la Coupe du monde de la FIFA lors de laquelle s’affrontent des équipes nationales masculines, uniquement huit nations sont au palmarès depuis sa création, parmi lesquelles le Brésil dont l’équipe nationale est la seule à avoir disputé toutes les phases finales. Dix-neuf éditions ont eu lieu depuis la création de la compétition dont voici les huit nations détentrices du palmarès :

  • L’équipe nationale du Brésil a été sacrée Championne du monde cinq fois : en 1958 lors de l’édition organisée par le Suède, en 1962 lors de l’édition organisée par le Chili, en 1970 lors de l’édition organisée par le Mexique, en 1994 lors de l’édition organisée par les États-Unis et en 2002 lors de l’édition organisée par la Corée du Sud et le Japon.
  • L’équipe nationale de l’Italie a été sacrée Championne du monde quatre fois : en 1934 lors de l’édition qu’il a organisée, en 1938 lors de l’édition organisée par la France, en 1982 lors de l’édition organisée par l’Espagne et en 2006 lors de l’édition organisée par l’Allemagne.
  • L’équipe nationale de l’Allemagne (RFA) a été sacrée Championne du monde trois fois : en 1954 lors de l’édition organisée par la Suisse, en 1974 lors de l’édition qu’il a organisée et en 1990 lors de l’édition organisée par l’Italie.
  • L’équipe nationale de l’Uruguay a été sacrée Championne du monde deux fois : en 1930 lors de l’édition qu’il a organisée et en 1950 lors de l’édition organisée par le Brésil.
  • L’équipe nationale de l’Argentine a été sacrée Championne du monde deux fois : en 1978 lors de l’édition qu’il a organisée et en 1986 lors de l’édition organisée par le Mexique.
  • L’équipe nationale de la France a été sacrée Championne du monde en 1998 lors de l’édition qu’elle a organisée.
  • L’équipe nationale de l’Angleterre a été sacrée Championne du monde en 1966 lors de l’édition qu’elle a organisée.
  • L’équipe nationale de l’Espagne a été sacrée Championne du monde en 2010 lors de l’édition organisée par l’Afrique du Sud.

Quelques records au passage :

Le premier but de l’histoire de la Coupe du monde de la FIFA a été inscrit par le Français Lucien Laurent à l’occasion du match d’ouverture de la compétition en Uruguay ayant opposé son équipe à celle du Mexique.

Le 1000e but de l’histoire de cette compétition de football a été signé par le néerlandais Robert Rensenbrink le 11 juin 1978 lors du match opposant l’équipe nationale des Pays-Bas à celle de Écosse et qui a débouché sur la victoire de cette dernière.

Le Brésilien Pelé est le joueur qui a remporté le plus grand nombre de victoires lors de la Coupe du monde de la FIFA dont celles de 1958, de 1962 et de 1970. En outre, il détient aussi le record du plus jeune buteur et celui du plus jeune vainqueur de la Coupe du monde.

Lors du match opposant la Russie et le Cameroun et qui a été gagné par la Russie à 6 buts à 1, Roger Milla, célèbre pour sa danse de la victoire, devient le plus vieux buteur de la compétition à 42 ans et 39 jours. Ce joueur est également le plus âgé des participants à une phase finale.

Lors du premier match ayant opposé son équipe nationale à la Yougoslavie de la Coupe du monde de la FIFA en 1982, l’Irlandais du Nord Norman Whiteside devient le plus jeune joueur ayant participé à une phase finale, étant donné qu’il était seulement âgé de 17 ans et 41 jours.

Durant l’histoire de la Coupe du monde de la FIFA, seuls deux joueurs ont eu l’occasion de participer à cinq phases finales de la compétition. Il s’agit d’Antonio Carbajal et de Lothar Matthäus.

Entre 1982 et 1998, ce dernier dispute 25 matchs. C’est le plus grand nombre de rencontres qui aient été disputées par un joueur.

En 1994, le Brésilien Cafu devient vainqueur de la Coupe du monde de la FIFA avec son équipe nationale, en 1998, il est finaliste et en 2002 son équipe dont il est le capitaine est de nouveau sacrée Championne du monde. Il s’agit du plus grand nombre de finales de la compétition qui aient été jouées par un footballeur.

On connait Luis Monti pour avoir disputé deux finales, non pas pour une seule équipe nationale mais pour deux. Jouant pour l’équipe nationale de l’Argentine, il perd la finale en 1930. Par contre, il la gagne en 1934 en jouant pour l’Italie.

En 1954, deux frères allemands, au sens propre du terme, Fritz et Ottmar Walter gagnent ensemble, c’est-à-dire dans la même équipe, la Coupe du monde de la FIFA. C’est aussi le cas des frères anglais Bobby et Jack Charlton en 1966.

Parlons meilleurs buteurs :

Avec 5 buts lors du match où se sont affrontées l’équipe nationale de la Russie et celle du Cameroun, le Russe Oleg Salenko est le meilleur buteur en un seul match de Coupe du monde de la FIFA. A l’issue de ce match, la Russie a vaincu le Cameroun par 6 buts à 1.

Avec 13 buts marqués en 1958, le Français Just Fontaine est le meilleur buteur sur une seule édition.

Avec 15 buts marqués, le Brésilien Ronaldo détient le record de nombre de buts inscrits par un seul joueur durant l’histoire de la Coupe du monde de la FIFA. Sont derrière lui les Allemands Gerhard Müller, surnommé « der Bomber » qui signifie « le bombardier » et Miroslav Klose ayant marqué chacun 14 buts, toutes éditions de la Coupe du monde de la FIFA confondues.

Oleg Anatolyevich Salenko :

Né à Léningrad, l’actuelle Saint-Pétersbourg, le 25 octobre 1969, cet ancien footballeur russe a été formé au Zénith Léningrad, l’actuel Zénith Saint-Pétersbourg, lequel est le club de sa ville natale.

Oleg Salenko commence sa carrière de footballeur professionnel durant la saison 1986-1987 au sein du Zénith Léningrad avant de faire l’objet d’un transfert au Dynamo Kiev où en trois saisons il est l’auteur de 28 buts.

Le footballeur au poste d’attaquant brille pour la première fois au niveau mondial en 1989 en Arabie Saoudite, durant la Coupe de monde de football des moins de 20 ans. En effet, le joueur de la sélection de l’Equipe d’Union soviétique de football des moins de 20 ans s’illustre en devenant meilleur buteur de la compétition avec 5 buts marqués durant le tournoi.

A l’issue de cette compétition, durant laquelle l’équipe espagnole du CD Logroñés évoluant en Primera División a eu des vues sur lui, il signe avec cette équipe pour la saison 1992-1993. Dès lors, le maintien de ce club est dû en partie par Oleg Salenko qui inscrit 16 buts. Sous le maillot blanc et rouge du club de Logroño, il marque 23 buts en 47 matchs.

Oleg Salenko a été rendu célèbre après ses cinq buts lors de la rencontre avec le Cameroun le 28 juin 1994, devenant par la suite le seul footballeur de l’histoire à inscrire autant de but durant un match de Coupe du monde de la FIFA. Avec le Bulgare Hristo Stoitchkov, il partage le titre de meilleur buteur de cette édition 1994, et ce même si son équipe a été éliminée au premier tour, avec six buts marqués chacun, Salenko ayant marqué son sixième but sur pénalty contre la Suède.

Durant sa carrière de footballeur, Oleg Salenko aura participé à 9 rencontres internationales dont l’une avec l’Ukraine. Toutefois, avant et après cette Coupe du monde de la FIFA 1994, il ne s’est pas distingué en sélection, n’ayant marqué aucun but. D’ailleurs, même s’il a été meilleur buteur en un seul match lors de l’édition 1994 de la Coupe du monde, Oleg Salenko n’arrive pas non plus à faire une belle entrée en club. C’est ainsi qu’en 25 matchs, il n’inscrit que 7 buts en évoluant au sein d’un grand club, le Valence CF. Par la suite, il signe des contrats avec des clubs de moindre importance : Glasgow Rangers et ensuite Istanbulspor puis Córdoba CF.

Pour des raisons de santé, Oleg Salenko se retire de la scène internationale et met un terme à sa carrière assez tôt avant de revenir lors de la saison 2000-2001. Il signe alors pour l’équipe polonaise de Pogoń Szczecin. Néanmoins, après seulement un match disputé sous son nouveau maillot ainsi que des problèmes d’ordre physique afférant à une certaine surcharge pondérale, Oleg Salenko quitte définitivement le rectangle vert.

Parcours professionnel incluant les compétitions nationales et internationales :

  • Lors des saisons 1986-1989, il marque 10 buts en 47 matchs sous les couleurs du club soviétique Zénith Léningrad
  • Lors des saisons 1989-1992, il marque 28 buts en 91 matchs sous les couleurs du club soviétique et ukrainien Dynamo Kiev
  • Lors des saisons 1992-1994, il marque 23 buts en 47 matchs sous les couleurs du club espagnol CD Logroñés
  • Lors de la saison 1994-1995, il marque 7 buts en 25 matchs sous les couleurs du club espagnol Valence CF
  • Lors de la saison 1995-1996, il marque 7 buts en 14 matchs sous les couleurs du club écossais Glasgow Rangers
  • Lors des saisons 1996-1998, il marque 11 buts en 21 matchs sous les couleurs du club turc Istanbulspor
  • Lors des saisons 1998-2000, il ne marque aucun but en 3 matchs sous les couleurs du club espagnol Córdoba CF
  • Lors de la saison 2000-2001, il ne marque aucun but durant le match sous les couleurs du club polonais Pogoń Szczecin

Palmarès incluant les matchs officiels joués en sélections en équipe nationale :

Une sélection avec l’équipe nationale de l’Ukraine en 1992 lors de laquelle il n’a inscrit aucun but

Huit sélections avec l’équipe nationale de la Russie entre 1993 et 1994, lors desquelles il a inscrit 6 buts

Just Fontaine :

Né le 18 août 1933 à Marrakech dans le Sud du Maroc, cet ancien footballeur français d’origine marocaine, que l’on surnomme « Justo », occupait auparavant le poste d’attaquant.

De 1950 à 1953, la carrière professionnelle de Just Fontaine débute au sein de l’US marocaine de Casablanca avant qu’il ne soit recruté par l’OGC Nice. Sous les couleurs de ce club, il sera l’auteur de 44 buts durant trois saisons. Plus tard, en 1956, à la suite du départ de Raymond Kopa du Stade de Reims, il intègre le club et signe 121 buts en 6 saisons dont l’une d’elles a été passée par Just Fontaine à soigner une grave blessure qu’il a contractée à la jambe.

Si au niveau des clubs, Justo s’illustre avec 165 buts inscrits en 200 matchs de Première division, ce qui fait une moyenne de 0,825 buts par match, terminant ainsi à deux reprises meilleur buteur du championnat en 1958 et en 1960, son parcours n’en est pas moins brillant en sélection nationale, sous le maillot de France.

En effet, le 17 décembre 1953, à sa première sélection lors du match ayant opposé la France au Luxembourg, Justo inscrit 3 buts sur les 8 buts marqués par la France, le match s’étant achevé par la victoire de cette dernière, par 8 buts à 0.

Jusqu’en 1960, en seulement 21 sélections, l’attaquant français marque 30 buts, ce qui lui fait une moyenne de 1,43 but par match. Ces trente buts incluent sa performance de 13 buts, marqués en 6 matchs, en une seule phase finale de la Coupe du monde de la FIFA (1958) qui lui ont valu le titre de meilleur buteur pour cette édition. Également, cette performance lui permet de détenir jusqu’à aujourd’hui le record du meilleur buteur sur une seule édition dont voici la liste des exploits :

  • Premier match, opposant la France au Paraguay : les Français s’imposent devant l’équipe adverse par 7 buts à 3. Lors de ce match, Justo est l’auteur d’un triplé.
  • Deuxième match, lors duquel s’affrontent la Yougoslavie et la France : cette première vainc la France par 3 buts à 2. A cette occasion, Justo réalise un doublé.
  • Troisième match, la France bat l’Ecosse, en marquant 2 buts contre un de l’équipe adverse. De ces deux buts, l’un est signé Just Fontaine.
  • En quart de finale, la France remporte une victoire contre l’Irlande du Nord avec un score de 4 buts à 0. Parmi les quatre buts inscrits par les Français figure un doublé de Just Fontaine.
  • En demi-finale, la France concède une défaite face au Brésil dans un score de 2 buts à 5. Pendant le match, Fontaine inscrit un but.
  • Match pour la 3ème place, la France rencontre la RFA et gagne le match à un score de 6 buts à trois. Il s’agit du match de phase finale où il réalise son plus grand nombre de buts marqués, étant l’auteur d’un quadruplé.

Ainsi, lors de la phase finale de la Coupe du monde de la FIFA édition 1958, les 13 buts inscrits par Just Fontaine sont répartis ainsi :

  • Deux fois un But
  • Deux fois un Doublé
  • Une fois un Triplé
  • Une fois un Quadruplé

Lors d’un match opposant son équipe à Sochaux, le 20 mars 1960, Just Fontaine, qui ne s’était pas encore préparé à partir en retraite, est victime d’une double fracture de la jambe. Suite à cette blessure récurrente, Justo a été ainsi obligé de mettre fin à sa carrière de joueur professionnel de football. De ce fait, il a joué son dernier match en juillet 1962.

Néanmoins, sa carrière dans le football n’a pas pour autant pris fin. En effet, cette même année (1962) Just Fontaine devient major de sa promotion parmi tous les élèves sortants entraineurs. Sa carrière en tant qu’entraineur a été marquée par son engagement en tant que sélectionneur de l’équipe de France de football en 1967 où son siège est rapidement éjecté à la suite de deux défaites en matchs amicaux ; par son intégration au Paris-Saint-Germain en tant qu’entraineur durant quatre ans, faisant monter le club en 1ère division en 1974. On peut aussi noter son engagement vis-à-vis du Toulouse Football Club lors de la saison 1978-1979 ainsi que sa carrière en tant que sélectionneur de l’équipe de football du Maroc.

Malgré la fin de sa carrière en tant que joueur de football professionnel, Just Fontaine n’a jamais abandonné le sport et a toujours continué à être actif. C’est ainsi qu’il est le fondateur des magasins Justo Sport ; de plus, à l’occasion de la Coupe du monde 2006, il lance son propre blog. En outre, à Toulouse et à Portet-sur-Garonne se trouvent deux magasins Lacoste en sa possession.

Parallèlement, Just Fontaine entre au service de l’hebdomadaire de paris sportifs Lotofoot Magazine qui paraît depuis plus de 22 ans chaque mercredi. Il devient alors l’un des pronostiqueurs vedettes du magazine.

Parcours junior :

On ne connait pas exactement l’étendue du parcours junior de Just Fontaine au sein du club marocain AS Marrakech.

Parcours professionnel incluant les compétitions officielles nationales et internationales :

  • Lors des saisons entre 1950 et 1953, Just Fontaine joue sous les couleurs du club marocain USM Casablanca.
  • Lors des saisons entre 1953 à 1956, Just Fontaine inscrit 44 buts en 69 matchs sous les couleurs du club français OGC Nice
  • Lors des saisons entre 1956 à 1962, Just Fontaine inscrit 122 buts en 131 matchs sous les couleurs du club français Stade de Reims

Palmarès incluant les matchs officiels joués en sélections en équipe nationale :

21 sélections avec l’équipe nationale de la France entre 1953 et 1960, lors desquelles il a inscrit 30 buts

Équipes entraînées :

  • En 1967, il devient sélectionneur de l’équipe de France
  • Lors des saisons entre 1973 et 1976, il est l’entraineur du club français Paris Saint Germain
  • Lors de la saison 1978-1979, il est l’entraineur du club français Toulouse FC
  • Lors des saisons entre 1979 et 1981, il est sélectionneur de l’équipe de Maroc

Ronaldo :

Ronaldo Luis Nazário de Lima de son vrai nom, Ronaldo est un footballeur brésilien qui a occupé le poste d’attaquant. Il est né dans la banlieue pauvre mais paisible de Bento Ribeiro qui se trouve à une trentaine de kilomètres du centre de Rio de Janeiro, le 22 septembre 1976.

Le petit Ronaldo, qui est au passage décrit comme un enfant calme et peu turbulent, fait sa rencontre avec le ballon rond très tôt. En effet, pour la fête de la Nativité en 1980, c’est-à-dire âgé de quatre ans et quelques poussières, il reçoit en cadeau son premier ballon pour ne le quitter presque jamais, le gardant toujours aux pieds et dormant même avec. Une histoire d’amour qui devient rapidement une obsession nait très vite entre lui et ce sport. Les rues de sa ville natale auront alors vu son évolution dans la maîtrise de son ballon. De plus, sa passion pour le club local Flamengo se fait grandissante ; il s’agit en effet du club où évoluait alors son idole, le milieu offensif international Zico. Son amour du football l’aura alors conduit à assister plusieurs fois à des matchs du club au grand stade carioca, le Maracanã.

Très vite, sa passion pour le football prend le dessus sur sa scolarité. En effet, alors que ses parents investissent d’efforts financiers dans le but de l’inscrire dans des établissements scolaires de renom, au lieu de fréquenter assidument l’école il préfère passer son temps à jouer au foot dans les rues.

Par conséquent, pour y pratiquer le foot en salle, connu également sous la désignation « futsal », Ronaldo s’inscrit à l’association sportive du Valqueire Tennis Club qui est située non loin de Bento Ribeiro, vers l’âge de dix ans. C’est en pratiquant cette variante du football qu’il a pu développer ses qualités techniques, étant au début gardien de but avant d’être au poste de pivot, se distinguant en marquant de nombreux buts.

Un recruteur du club de futsal du Social Ramos remarque Ronaldo qui réalise un quadruplé lors d’un match qui a opposé son équipe à Vasco de Gama. Et alors que Sônia, la maman de Ronaldo, ne peut s’empêcher d’éprouver des réticences à propos d’un tel engagement, il est en enrôlé quand même par le recruteur.

Lors du championnat municipal dans lequel il est alors engagé, le joueur s’illustre en marquant 166 durant sa première saison avec onze inscrits durant un seul match, balayant de ce fait tous les records auparavant établis.

A l’été 1990, suite à un accord passé avec le Social Ramos, Ronaldo rejoint l’équipe cadette de São Cristovão. A peine quelques jours après la signature de sa première licence de football, il fait vibrer ce petit club de deuxième division du Campeonato Estadual de Rio en étant l’auteur d’un triplé. Il s’agit de son premier match avec l’équipe, en date du 12 août 1990, à l’issue duquel son équipe sort victorieuse du Tomazinho FC à un score de 5 buts à 2.

Ronaldo marque 44 buts en trois saisons et 73 rencontres jouées sous les couleurs de son club, ce qui ne manque pas de susciter l’intérêt d’un grand nombre d’observateurs.

Durant des années, l’un d’entre eux aura continué à revendiquer d’avoir découvert de Ronaldo. Il s’agit du champion du monde en 1970 qui a été nommé, en 1991, entraineur de la section professionnelle de São Cristovão. Et effectivement, l’histoire aura vu sa participation aux négociations. Toutefois, le premier partenariat avec le jeune joueur est obtenu par Alexandre Martins et Reinaldo Pitta, deux hommes d’affaires qui ont versé au São Cristovão 7 500 dollars pour le règlement de ses dettes en échange de l’exclusivité dans la négociation des futurs transferts de Ronaldo ainsi que de ses droits d’image. Étant donné qu’il était encore mineur au moment de la signature du contrat le liant pour dix ans à ce duo d’investisseurs, en octobre 1992, Ronaldo a été représenté par son père.

En parallèle, le jeune joueur n’a pas arrêté de pratiquer le foot en salle avec le Social Ramos. Il le conduit même au titre de champion de Rio ainsi qu’à la deuxième place du championnat national.

Les prouesses de Ronaldo ne passent pas inaperçues. Ainsi, il ne tarde pas à intégrer la formation junior de São Cristovão et il brille également avec la sélection nationale des moins de 17 ans. En effet, en février 1993, Ronaldo devient meilleur buteur et meilleur joueur du Championnat d’Amérique du Sud.

Début 1993, le Cruzeiro Esporte Clube acquiert Ronaldo pour une durée de trente mois pour un montant de 25 000 dollars. Car dès fin 1992, ce club de Belo Horizonte établit des contacts avec Ronaldo. Son apprentissage se fait avec la formation, sous l’égide de l’entraineur Carlos Alberto Silva et il intègre, dès sa première saison, le onze titulaire pour marquer un grand nombre de buts. C’est ainsi qu’il marque cinq des six buts de son équipe en jouant contre Bahia, évènement qui sera suivi un peu plus tard de sa première sélection en équipe nationale.

Le premier trophée en club de Ronaldo est remporté en juin 1993 par la voie de la Coupe du Brésil. Mais au niveau du championnat national, son équipe termine à la quinzième place. Pour l’année qui suit cette victoire lors de la Coupe du Brésil, Cruzeiro rafle le titre de champion du Minas Gerais et Ronaldo devient meilleur buteur avec 21 buts marqués. Pour tous les 58 matchs joués sous les couleurs de Cruzeiro, Ronaldo atteint une moyenne de 0,94 but marqué par match avec les 55 buts qu’il a inscrits.

Ronaldo est alors sélectionné pour la Coupe du monde 1994. Quand le championnat de l’État est achevé, alors que la Coupe du monde ne commence pas encore, le joueur, ayant grandement intéressé les observateurs, fait déjà l’objet de prospections de la part des clubs européens comme les néerlandais. Ainsi, la direction de Cruzeiro est contactée par ces clubs qui souhaitent s’enquérir de la probabilité de la venue de Ronaldo outre-Atlantique.

Pendant la Coupe du monde 1994 où Ronaldo n’aura été finalement qu’un simple spectateur, les négociations commencent sérieusement. Avec les émissaires du PSV Eindhoven, on arrive durant l’été à conclure le transfert qui se chiffre à environ 6 millions de dollars et le joueur, alors âgé de 17 ans, joue une dernière fois au Brésil le 7 août 1994 lors du match contre Botafogo avant de rejoindre d’autres cieux en Europe, s’envolant pour le PSV Eindhoven, pour y rester durant deux saisons.

PSV Eindhoven :

A ses débuts en Europe, au sein du PSV Eindhoven, le joueur n’a aucun mal à s’intégrer au jeu. Son problème consiste par contre à la nostalgie qu’il ressent pour son pays. Toutefois, il a eu à ses côtés sa fiancée, du nom de Nadia, ainsi que César qui est en même temps son confident, son ami et homme à tout faire.

Pour revenir au jeu, Ronaldo prouve son efficacité en marquant, dès les deux premières journées du championnat néerlandais, trois buts. Pour 33 matchs de championnat, il aura été au total l’auteur de 30 buts, remportant sans difficulté la couronne de meilleur buteur de l’exercice, devançant de très loin son dauphin, le Batave Patrick Kluivert qui totalisait 18 réalisations.

Ronaldo s’illustre également à ses débuts en Coupe d’Europe de l’UEFA en réalisant un triplé au cours du match opposant le PSV Eindhoven à la formation allemande du Bayer Leverkusen. Néanmoins, son équipe est éliminée, subissant une défaite à un score de 5 buts à 4. Du côté du championnat, le PSV Eindhoven, n’aura pas été capable d’aller au-delà de la troisième place.

Sa seconde saison avec le PSV Eindhoven aura été marquée par un problème au niveau de l’articulation de son genou gauche à cause duquel il est régulièrement obligé de se retrouver ailleurs que sur les terrains. Au terme de cette saison, il totalise treize matchs de championnat, son club obtenant la deuxième place finale derrière l’Ajax Amsterdam. La saison est également marquée par le sacre du Belge Luc Nilis, son coéquipier, au titre de soulier d’or, au désavantage de Ronaldo.

Toutefois, c’est lors de cette saison que le joueur remporte son premier trophée sur le continent européen. En effet, deux mois après une opération, il est disponible pour la finale de la Coupe des Pays-Bas, néanmoins, il n’aura pas été l’auteur d’un but.

Son aventure avec le PSV Eindhoven prend fin au terme de deux saisons et 57 rencontres lors desquelles il marque 55 buts, ce qui lui attribue une moyenne qui n’est pas loin d’un but par match. Mais d’ores et déjà, les problèmes physiques de Ronaldo faisaient leur apparition, s’ajoutant aux critiques formulées contre lui. Et même s’il a alors des statistiques parlant en sa faveur, il est loin de faire l’unanimité comme l’ancien joueur brésilien du PSV Eindhoven, Romário. De plus, des tensions naissantes entre lui et Dick Advocaat corsent son cas et quand il émet son souhait de rejoindre l’Espagne, ce dernier lui « conseille » de partir à Barcelone, où il restera pour une saison.

FC Barcelone :

Son contrat avec le FC Barcelone, signé en juillet 1996, stipule une durée de huit ans, et se chiffre à dix-huit millions d’euro, une somme exorbitante qui représente un record en ce temps-là pour une transaction en matière de transfert. Mais le joueur affiche une technique et une conduite de balle extraordinaires qui ne laissent pas indifférents de nombreux observateurs et qui, par la même occasion, justifierait l’onéreux coût de son transfert.

Premier match de Ronaldo au Camp Nou. Il s’agit du match aller de la Supercoupe d’Espagne qui aboutit sur la retentissante victoire des Blaugranas par un score de 5 buts à 2, dont un doublé du joueur brésilien qui a également été l’auteur d’une passe décisive, suscitant l’apparition de mouchoirs blancs dans les tribunes, pour signifier qu’il s’agit d’un grand match.

Son séjour au sein du club barcelonais se distingue par une moyenne d’un but par match toutes compétitions confondues et Ronaldo goûte à l’intérêt que les médias portent à ses réalisations, étant donné qu’il est dans un club exposé et joue dans un grand championnat. Fort de ses réalisations, Ronaldo devient meilleur buteur du championnat avec 34 buts totalisés à la fin de la saison.

Jouant contre Paris Saint-Germain, le FC Barcelone remporte la Coupe des coupes à Rotterdam, grâce notamment à l’unique but qui a été marqué par Ronaldo sur un penalty peu avant la mi-temps.

Si l’année précédente, il a déjà conquis une partie des journalistes spécialisés, terminant deuxième du classement, à trois points de l’Allemand Matthias Sammer ; devançant le Yougoslave Predrag Mijatović ainsi que le célèbre Français Zinedine Zidane, il se voit accordé par le bi-hebdomadaire France Football le Ballon d’or en décembre 1997, ceci étant une récompense du meilleur joueur qui évolue dans un championnat européen. Ce trophée créé en 1956, aura vu en Ronaldo, le plus jeune lauréat de toute son histoire. De plus, depuis la mondialisation du trophée, en 1995, il est également le premier joueur brésilien couronné.

D’un autre côté, Ronaldo est désigné par la FIFA meilleur joueur de l’année 1996 ainsi que celui de l’année 1997, étant élu à une très grande majorité dans les deux cas.

Pour parler en bref de sa carrière en Catalogne durant cette saison, on peut dire que Ronaldo a vraiment brillé. Un tel succès aurait pu insuffler aux deux parties l’envie de continuer leur route ensemble et d’ailleurs Ronaldo a formulé son souhait de continuer l’aventure au sein du club catalan pour au moins une saison de plus. Néanmoins, seulement douze mois après avoir rejoint le FC Barcelone, il s’en va pour intégrer l’Inter Milan. En effet, jugeant non conséquentes les propositions émises par les dirigeants barcelonais et affirmant ainsi sa déception, il va faire l’objet d’un recrutement pour cinq ans par l’Inter Milan, avec une transaction chiffrée à 30,5 millions d’euro qui constitue un transfert record. D’ailleurs, ce montant dépasse le somme fixée par la clause libératoire qui figure dans son contrat avec le FC Barcelone qu’il quitte pour passer cinq saisons en Serie A.

Inter Milan :

Malgré son succès évident au sein du FC Barcelone, le transfert de Ronaldo est loin de faire l’unanimité. En effet, sa capacité à réussir dans un championnat d’Italie fait des incrédules qui jugent, non pas à tort, que les espaces y sont plus rares et les défenseurs plus rigoureux qu’en Liga.

Balayant tous ces doutes, Ronaldo affiche une aisance dès sa première saison dans le Calcio, en réussissant son adaptation. Pour prouver son efficacité, il est l’auteur de 25 buts en championnat, finissant à la deuxième place du classement du meilleur buteur, à deux unités derrière l’Allemand Oliver Bierhoff. Le Ronaldo dont certains doutaient de l’aptitude à s’adapter dans un championnat d’Italie battait alors le record de buts marqués pour une première saison en Serie A. D’ailleurs, c’est au cours de son aventure italienne et milanaise avec l’Inter Milan, la première puisqu’il y en aura une seconde, qu’il reçoit des journalistes son surnom « Il Fenomeno », quand il a été l’auteur d’un triplé au cours du match opposant son équipe à Plaisance dans le cadre de la Coupe d’Italie.

En deux ans, Il Fenomeno remporte deux coupes d’Europe avec deux formations différentes. En effet, l’Inter Milan sort vainqueur de la finale de la Coupe UEFA disputée contre la Lazio de Rome avec un score de 3 buts à 0. Le joueur a alors été l’auteur du troisième but de l’Inter

En championnat toutefois, l’histoire est toute autre car la Juventus Turin a devancé son club. L’Inter Milan se retrouve à la deuxième place qualificative pour la Ligue des champions. Lors du match retour entre les deux clubs qui s’est déroulé en fin de saison, les Milanais s’inclinent à un but à zéro. Désenchantés, les Milanais ont sans doute eu la pensée que l’arbitre a tué le match et assurent ne pas être en accord avec les décisions de celui-ci, comme le penalty qui a été refusé pour une faute sur Ronaldo ainsi que le but marqué quelques secondes plus tard par la Vecchia Signora. Bien évidemment, Il Fenomeno n’a pas bien digéré cet échec qui l’éloigne du scudetto mais il est encore jeune, âgé de 21 ans, et a largement le temps d’étoffer son palmarès. D’ailleurs, cette défaite qui place son club à la deuxième place ne porte pas ombre sur le succès de Ronaldo qui est alors désigné comme l’un des meilleurs joueurs de la planète.

En 2002, le Brésil remporte son cinquième sacre lors de la Coupe du monde de la FIFA qui s’est déroulée en Corée du Sud et au Japon. Ronaldo faisait partie de l’aventure et se fait remarquer par son énorme talent. A cette époque, il attire l’attention de Florentino Pérez, le président du mythique Real Madrid qui se trouve être l’un des plus grands clubs de la Liga avec d’autres comme le FC Barcelone, l’ancien club du Brésilien.

Real Madrid :

Le retour d’Il Fenomeno en Espagne ne se fait pas sans difficulté. En effet, le président de l’Inter Milan, Massimo Moratti, ne désire pas le laisser partir à moins de cent millions d’euro. Ce qui peut sembler quelque peu surréaliste, mais le fait est que le président n’était pas sans ignorer les grandes qualités de son joueur et ce qu’il représentait pour son club même s’il a passé presque deux ans sans jouer à Milan. Après une épreuve de force entre les conseillers du joueur et l’Inter Milan, ainsi que d’âpres négociations, les deux dirigeants arrivent à se mettre d’accord sur la somme de 42 millions d’euro.

Dans le transfert de Ronaldo au sein du Real Madrid, il faut voir une stratégie de recrutement appliquée par les dirigeants qui se base sur l’acquisition d’une « star » tous les ans, et ce dans le but de faire grimper les ventes de produits dérivés estampillés Real Madrid. Ainsi, la venue de Ronaldo a été précédée de celle de Luís Figo en 2000 ainsi que de celle de Zinedine Zidane en 2001.

Il Fenomeno ne cesse d’étonner les passionnés de ce sport ainsi que ceux qui sont dans les hautes sphères du football. Et même les profanes sont émerveillés par le grand talent de ce joueur, que beaucoup d’entre eux ont découvert lors de la Coupe du monde de la FIFA édition 2002, évènement qui attire jusqu’à ceux qui ne s’intéressent pas à la pratique du ballon rond en temps normal.

L’efficacité de Ronaldo est telle que le 6 octobre 2002, durant un match opposant sa formation à celle du Deportivo Alavés, trente secondes après son entrée en jeu il est l’auteur d’une reprise à la volée sur un centre de Roberto Carlos pour marquer un but avant d’en inscrire un autre, quinze minutes après.

Avec 30 réalisations pour sa première saison au sein du Real Madrid, il est le meilleur buteur de son club et avec 23 buts en championnat, il tient la deuxième place au classement du meilleur total, devancé par le Néerlandais Roy Makaay qui évolue au Deportivo La Corogne. Par ailleurs, Il Fenomeno remporte le titre national dès sa première année à Madrid.

Au niveau de la Ligue des champions, Ronaldo est l’auteur de six buts dont un triplé lors de la rencontre avec Manchester United qui gagne par un score de 4 buts à 3. Le club de Ronaldo est alors arrêté à la demi-finale par la Juventus.

A la fin de l’année 2002, le joueur brésilien se voit attitré de deux récompenses. En effet, il remporte un second Ballon d’Or en décembre 2002, devançant Roberto Carlos ainsi qu’Oliver Kahn, le gardien de buts allemand du Bayern Munich. Et pour la troisième fois de sa carrière, il est désigné joueur FIFA de l’année, ayant reçu ce titre successivement en 1996 et en 1997.

Confirmant les deux saisons suivantes et prolongeant son contrat avec le Real Madrid de deux ans, il devient meilleur buteur du championnat d’Espagne en 2004, sous le maillot merengue, grâce à un total de 24 réalisations, sept ans après un premier titre sous le maillot du PSV Eindhoven. Et si l’on devait totaliser tous ses buts marqués en confondant toutes les compétitions, il a plus de cent buts à son effectif avec le Real Madrid.

Paradoxalement, le Real Madrid a du mal à remporter des trophées, perdant le titre de champion d’Espagne en 2003 et n’étant pas capable de faire mieux que d’être à la quatrième place finale. Et lors des deux saisons qui suivent, ils n’arrivent pas à prendre le dessus sur leur vieux rival, le FC Barcelone, les Madrilènes terminant deuxièmes derrières les Catalans.

Les désillusions se multiplient pour le club. C’est ainsi que lors de la saison 2003-2004, il se fait éliminer par Monaco en Ligue des champions, s’arrêtant en huitième de finale lors des deux années suivantes.

Et pourtant, on ne saurait dire que le Real Madrid manque d’étoiles aguerries. D’ailleurs, certains amateurs de football et même des spécialistes avisés affirment que cette concentration de stars ne bénéficie pas au club, étant donné que chacun a son essence et que les joueurs ont assez de mal à conjuguer harmonieusement leurs jeux. C’est ainsi que lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006, le club madrilène, truffé de stars footballistiques, ne remporte aucun titre alors qu’avec Ronaldo compte d’autres génies du foot comme Raúl, Zinedine Zidane, David Beckham, Michael Owen puis Rowen.

Du côté du joueur brésilien, les choses commencent aussi à se compliquer. En effet, si les médias encensaient Il Fenomeno pour ses prouesses « phénoménales », ils n’ont pas non plus hésité à pointer du doigt sa surcharge pondérale qui est devenue évidente.

Au début de la saison 2006-2007, le nouvel entraîneur, Fabio Capello, relègue Ronaldo sur le banc et même dans les tribunes, titularisant Ruud van Nistelroy comme avant-centre à sa place. Le Brésilien décide alors de s’enrôler dans les rangs du Milan AC, rejoignant le club en janvier 2007, à la suite d’un transfert d’un montant de 7,5 euros. Le 17 juin 2007, son ancien club, en l’occurrence le Real Madrid, sous les couleurs duquel il a joué pendant cinq saisons, remporte la Liga en reléguant à la seconde place finale son vieux rival, le FC Barcelone.

Milan AC:

Il est vrai que le Real Madrid ainsi que le FC Barcelone, où Ronaldo a déjà évolué, entretiennent une rivalité qui a des influences politiques et culturelles mais aussi basée sur le plan sportif, étant donné qu’il s’agit des deux plus grands clubs d’Espagne.

Mais le retentissement, chez les supporters de son ancien club Inter Milan, de son transfert au Milan AC a été encore plus violent. En effet, les supporters et même les noyaux de ces deux clubs milanais ressentent toujours comme une trahison le transfert d’un des joueurs ou anciens joueurs vers l’un ou l’autre club rival, du fait justement de cette rivalité. Car Milan AC et Inter Milan, qui sont les deux colocataires du San Siro, évoluant dans la même ville, ont depuis le début, entretenu une rivalité sociale mais aussi sportive évidemment.

Ainsi, Ronaldo est désigné comme étant un traitre vis-à-vis du club Inter Milan. Et sa déclaration à la presse n’est pas pour arranger sa situation chez les supporters interistes. En effet, il a affirmé qu’il était en train de réaliser son « rêve » qui a toujours été de jouer au Milan AC.

Ronaldo fait un bon début au Milan AC et à sa première titularisation, dans un match contre Sienne, il livre à son équipe une double réalisation et est l’auteur d’une passe décisive.

Encore une fois, Il Fenomeno surmonte ses problèmes et arrive à se hisser à un bon niveau, inscrivant sept buts dans la Calcio en douze matchs joués.

Quant à son club, il remporte la Ligue des Champions pour cette saison, mais Ronaldo n’est pas de l’aventure car il est stipulé qu’un joueur n’a pas le droit de disputer cette compétition en ayant été dans deux clubs différents durant la même édition. Car, il faut rappeler que Ronaldo a quitté le club madrilène en pleine saison européenne. Au niveau du championnat, le Milan AC n’arrive à se hisser qu’à la quatrième place finale.

Au début de la saison suivante, 2007-2008, le joueur brésilien se retrouve en indisponibilité suite à une blessure à la cuisse. De ce fait, il ne recommence à jouer que le 25 novembre où les Rossoneri sont vainqueurs à Cagliari.

Déjà, la carrière de Ronaldo se retrouve fragilisée par ses blessures qui semblent découler de sa surcharge pondérale dont une pas très bonne hygiène de vie est pointée du doigt comme la responsable. Néanmoins, elle semble vouloir prendre un nouveau tournant car il est annoncé à Flamengo lors du mercato d’hiver. Toutefois, il ne quitte finalement pas le Milan AC et réalise un doublé, ses premières réalisations de la saison, lors du match opposant les Rossoneri aux Napolitaines, le 13 janvier 2008.

De plus en plus, les problèmes physiques de Ronaldo entravent à sa présence sur les terrains. C’est ainsi qu’en raison de problèmes musculaires, il n’a pas eu la possibilité de prendre part à la vingtième journée de championnat alors que Milan AC se déplaçait à Genoa. Un mois après son doublé face à Naples, le 13 février 2008 lors de la rencontre avec Livourne, Ronaldo subit une nouvelle blessure. En effet, dès trois minutes suivant son entrée en jeu, il souffre du genou gauche. Le constat médical est sans appel, il s’agit d’une rupture du tendon rotulien.

Dès lors, les spéculations vont bon train ; la plupart prévoyant la fin de la carrière du phénoménal Brésilien qui est âgé de 31 à l’époque. En effet, opéré le lendemain du match à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, situé à Paris, par le professeur Saillant, on estime que l’indisponibilité de Ronaldo doit durer au moins neuf mois. Mais il ne perd pas espoir pendant sa convalescence, réaffirmant qu’il n’a pas perdu l’envie de rejouer et qu’il ferait tout pour atteindre à nouveau son niveau un jour.

Mais la réalité est toute autre. En effet, alors qu’il est encore en plein rétablissement, il se retrouve en fin de contrat au Milan AC et pour la première fois de l’histoire de sa carrière, en juillet 2008, il est sans club. La « mauvaise hygiène de vie » du joueur brésilien se fait de plus en plus apparente et la presse ne manque pas d’en faire ses choux gras. C’est ainsi qu’il multiplie les sorties en boîte de nuit, notamment pour célébrer ses 32 printemps en compagnie de sa fiancée. Une fois, après une sortie nocturne pour fêter la victoire de son club de cœur de Flamengo, il prévoit de terminer la nuit avec une fille de joie après avoir ramené sa petite amie chez elle. Au final, il se fait surprendre en compagnie de travestis prostitués.

Et Ronaldo continue de faire parler de lui. Alors sans club, des rumeurs de transfert courent sur le joueur brésilien. C’est ainsi qu’il n’a jamais réellement désavoué, ni les dirigeants du club d’ailleurs, le dire de certains, selon qui il allait rejoindre le Paris Saint-Germain. Par contre, il confirme qu’il est vraiment intéressé d’intégrer le club du milliardaire émirati Suleïman al-Fahim que Robinho a déjà rejoint. En effet, le propriétaire du Manchester City a proposé à Ronaldo un contrat qui porte sur une année et qui se chiffre à 9 millions d’euro, voulant réaliser par cette occasion un second transfert alléchant. Toutefois, malgré son réel intérêt, Il Fenomeno a fini par refuser la proposition.

Les offres concernant son transfert prouvent qu’il intéressait encore les clubs européens, malgré ses contraintes physiques majeures puisqu’il s’agissait tout de même d’Il Fenomeno, un des plus grands attaquants de tous les temps. C’est ainsi que Giovanni Lombardi Stronati, le président de Sienne lui a fait une proposition qui consistait à lui verser 100 000 euros à chaque réalisation.

En 2009, Ronaldo quitte définitivement les rectangles verts européens pour revenir au Brésil, son pays natal, et passer plusieurs semaines d’entraînement avec son club de cœur de Flamengo qui est le club phare de Rio Janeiro. Beaucoup espèrent alors qu’il va rejoindre définitivement le club. Toutefois, Ronaldo sera encore une fois traité de traitre, cette fois-ci par les supporters cariocas.

En effet, il est transféré aux Corinthians, signant un contrat d’un an en janvier 2009, contrat qui comporte une option d’une année de plus. Tournant le dos au club carioca, c’est sous les couleurs du club de São Paulo qu’il disputera ses derniers matchs.

Son intégration dans ce club devait représenter pour le joueur brésilien un moyen de redevenir ce qu’il était auparavant. Mais au contraire, il ne délaisse pas ses dérapages nocturnes alors que ses moyens ne lui étaient pas encore revenus entièrement et qu’il n’a pas encore disputé un seul match officiel sous le maillot des Corinthians.

Ainsi, un nouveau scandale éclate le 26 février 2009. Lors d’une tournée à Presidente Prudente, les joueurs se voient accordés un jour de congé et reçoivent la consigne d’être de retour à leur hôtel avant 23 heures. Et pourtant, passant la soirée en boîte de nuit comme il les aime, Ronaldo outrepasse cette consigne pour ne revenir que le lendemain à 5 heures. De plus, il ramène une conquête d’un soir à l’hôtel ; celle-ci n’ayant pas le droit de s’y introduire, il laisse éclater sa colère en frappant la vitre de la réception d’un violent coup de pied. Tel le bruit tonitruant causé par l’éclatement de la vitre, la nouvelle se répand à grande vitesse, faisant grand bruit. Le geste très mal placé du footballeur est lourd de conséquences car si on peut dire qu’il s’en est sorti en payant une amende de 5 000 euros, Antônio Carlos Zago, qui était avec lui au tout début de la soirée et qui était alors le directeur technique, se voit obligé de démissionner.

Le 4 mars 2009, l’attaquant renoue avec la compétition dans l’arène d’Itumbiara, en Coupe du Brésil, sans toutefois marquer à la suite de son entrée en jeu à la 67e minute, remplaçant Jorge Henrique. Cinq jours plus tard, durant un match du championnat pauliste opposant son club à Palmeiras, suite à un corner, il va signer un but de sa tête réussie au deuxième poteau alors que la rencontre en était déjà au temps additionnel. Il s’agit de son premier but officiel pour son retour au Brésil.

A son troisième match officiel, sous le maillot des Corinthians, Ronaldo reprend de sa ténacité légendaire en amenant son équipe qui rencontre alors São Caetano à la victoire. A la fin de la première mi-temps, les deux formations sont à égalité avec un but partout. A la reprise du jeu, il inscrit un but, offrant les trois points de la victoire à son club.

Malgré son surpoids, le joueur entend encore participer à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, éventualité que le sélectionneur Dunga ne semblait pas vouloir écarter. Néanmoins, le cours de l’histoire aura été différent de cette volonté de Ronaldo, qui n’a pas été appelé à intégrer la sélection pour le Mondial, se considérant lui-même comme ne possédant plus les mêmes performances qu’auparavant.

Le joueur brésilien se donne comme objectif, pour la saison, d’être l’auteur de trente réalisations. Et il va de nouveau briller en amenant son club à la finale du championnat de São Paulo, titre que les Corinthians décrochent, et qui constitue le premier trophée pour Il Fenomeno depuis qu’il a effectué son retour dans son pays natal. A la 16ejournée de ce championnat, il réalise son premier doublé alors que son club concède un résultat nul de 2 buts à 2. Le 31 mars, il marque de nouveau; et son club remporte une victoire face à Ituano, marquant 3 buts contre 0 pour l’équipe adverse, une performance hors du commun. Au retour, le club de Ronaldo décroche sans difficulté le titre avec un score à égalité de un but partout.

En ce qui concerne l’attaquant brésilien, les journalistes l’élisent comme meilleur joueur du championnat. Se sentant en confiance et ayant retrouvé ses moyens, il s’illustre en Coupe du Brésil, en huitième de finale face à l’Atlético Paranaense, en étant l’auteur d’un doublé, amenant les Corinthians à la suite de la compétition.

Lancé, Il Fenomeno semble afficher sa volonté de tenir ses engagements. C’est ainsi que le 1er juillet 2009, il offre la Coupe du Brésil à son club au détriment de l’Internacional de Porto Alegre, inscrivant notamment un but lors du match aller de la finale. Il s’agit de son deuxième trophée avec son nouveau club.

Finalement, Ronaldo donne raison à ceux qui pensaient que sa carrière allait devoir prendre fin, à cause de ses graves soucis de santé qui se répétaient, en annonçant au début de l’année 2010 qu’il allait prendre sa retraite en 2011 pour ne plus continuer au-delà des termes de son contrat. Il y a eu une grande ère où Ronaldo accumulaient les buts à répétition, étant à peine majeur ; où torrentueux il dribblait des équipes entières en effectuant ses incroyables passements de jambes, son habileté technique se mêlant à une vitesse inimaginable. Ses péripéties ont pourtant fait en sorte qu’il ne puisse pas marquer un peu plus l’histoire du sport alors qu’on ne peut imaginer ce qu’il serait advenu s’il n’avait pas ces « fichues » blessures aux genoux ainsi que ses diverses dérives en dehors du football.

Mais Il Fenomeno s’était beaucoup diminué à la suite de toutes ces incursions qui se sont abattues sur lui. En Copa Libertadores, qui désigne le Champion d’Amérique du Sud, les Corinthians rencontrent Deportes Lima, un club colombien, dans le match retour, le 2 février 2011 au stade Manuel Murillo Toro, en Ibagué. Si au match aller ils ont concédé un résultat nul de 0-0, les Corinthians se font éliminer par 2-0 et n’arrivent pas à se qualifier pour la deuxième phase.

A la suite de cette élimination, Ronaldo n’attend pas la fin de son contrat pour annoncer qu’il se retire définitivement de la scène. Le jour de Saint-Valentin, un lundi, il tient une conférence de presse, annonçant officiellement qu’il met un terme à sa carrière. Lors de cette conférence de presse, il avouera avoir un problème d’hypothyroïdie depuis l’année 2007, ce qui explique sa surcharge pondérale souvent ironisée par la presse. D’ailleurs, certains lui ont affublé, gentiment peut-être, ou pas, le sobriquet de « Gronaldo ».

Le double champion du monde (1994, 2002), qui a aussi été champion des Pays-Bas et champion d’Espagne, a été le meilleur buteur de la Coupe du monde de la FIFA en 2002 avec 8 buts mais aussi le meilleur joueur de la finale de cette édition en étant l’auteur d’un doublé. Malgré tous ces problèmes qu’on lui connait, les passionnés de football et plus particulièrement ceux qui sont fans de Ronaldo auront surtout retenu sa dimension phénoménale pour laquelle les Italiens ont commencé à le surnommer Il Fenomeno. Il s’agit du plus grand attaquant de tous les temps si l’on devait comptabiliser les buts marqués en phase finale de toutes les éditions de la Coupe du monde de la FIFA car à son compte il totalise 15 buts. Du côté de la Seleção, il est deuxième meilleur buteur après Pelé avec 62 buts en 98 sélections. Mais s’il a connu des victoires en Coupe de l’UEFA ou en Coupe des coupes, le trophée de la Ligue des champions lui fait terriblement défaut.

Ronaldo Luis Nazário de Lima est élu meilleur footballeur de l’année FIFA sur deux années consécutives, en 1996 et en 1997, puis en 2002. En 1997 et 2002, on lui décerne le Soulier d’Or européen. Le magazine World Soccer lui décerne la distinction World Soccer Award en 1996, 1997 et en 2002. Il remporte le Ballon d’or France Football en 1997 et en 2002. Quand il jouait sous les couleurs du FC Barcelone, on lui a décerné en 1997 le Prix Don Balón du meilleur joueur étranger. En 1997 ainsi qu’en 1998, évoluant à l’Inter Milan, il reçoit le Trophée Bravo qui récompense le meilleur joueur de moins de 21 qui évolue en Europe. Egalement en 1998, il est élu meilleur joueur absolu et meilleur joueur étranger de l’année de Serie A. De plus, encore lors de cette année, en 1998, l’UEFA fait de lui son meilleur footballeur et son meilleur attaquant de l’année. En 2002, grâce ses performances, il se voit décerné des prix internationaux comme ceux de sportif de l’année par Reuters et BBC ou celui de la Fondation Laureus. À l’occasion des Coupes du monde qu’il joue en équipe nationale, la FIFA lui décerne un Ballon d’or et un Soulier d’or.

Dans le cadre de la célébration du centenaire de la FIFA, Pelé a établi une liste de 125 joueurs qu’il considère comme étant les plus exceptionnels et les plus talentueux de leur génération. Dévoilée par l’ancien avant-centre brésilien et la FIFA le 4 mars 2004 à Londres, la liste incluait Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo. Voici le FIFA 100:

Allemagne:

  • Michael Ballack
  • Franz Beckenbauer
  • Paul Breitner
  • Oliver Kahn
  • Jürgen Klinsmann
  • Sepp Maier
  • Lothar Matthäus
  • Gerd Müller
  • Karl-Heinz Rummenigge
  • Uwe Seeler

Angleterre:

  • Gordon Banks
  • David Beckham
  • Bobby Charlton
  • Kevin Keegan
  • Gary Lineker
  • Michael Owen
  • Alan Shearer

Argentine:

  • Gabriel Batistuta
  • Hernán Crespo
  • Mario Kempes
  • Diego Maradona
  • Daniel Passarella
  • Javier Saviola
  • Omar Sivori
  • Alfredo Di Stefano
  • Juan Sebastián Verón
  • Javier Zanetti

Belgique:

  • Jan Ceulemans
  • Frankie van der Elst
  • Jean-Marie Pfaff

Brésil:

  • Carlos Alberto
  • Cafú
  • Roberto Carlos
  • Falcão
  • Júnior
  • Pelé
  • Rivaldo
  • Rivelino
  • Romário
  • Ronaldinho
  • Ronaldo
  • Djalma Santos
  • Nílton Santos
  • Sócrates
  • Zico

Bulgarie:

  • Hristo Stoitchkov

Cameroun:

  • Roger Milla

Chili:

  • Elías Figueroa
  • Iván Zamorano

Colombie:

  • Carlos Valderrama

Corée du Sud:

  • Hong Myung-bo

Croatie:

  • Davor Šuker

Danemark:

  • Brian et Michael Laudrup
  • Peter Schmeichel

Écosse:

  • Kenny Dalglish

Espagne:

  • Emilio Butragueño
  • Luis Enrique
  • Raúl

États-Unis:

  • Michelle Akers
  • Mia Hamm

France:

  • Éric Cantona
  • Marcel Desailly
  • Didier Deschamps
  • Just Fontaine
  • Thierry Henry
  • Raymond Kopa
  • Jean-Pierre Papin
  • Robert Pires
  • Michel Platini
  • Lilian Thuram
  • Marius Trésor
  • David Trezeguet
  • Patrick Vieira
  • Zinedine Zidane

Ghana:

  • Abedi Pelé

Hongrie:

  • Ferenc Puskás (décédé le 17 novembre 2006)

Irlande:

  • Roy Keane

Irlande du Nord:

  • George Best (décédé le 25 novembre 2005)

Italie:

  • Roberto Baggio
  • Franco Baresi
  • Giuseppe Bergomi
  • Giampiero Boniperti
  • Gianluigi Buffon
  • Alessandro Del Piero
  • Giacinto Facchetti (décédé le 4 septembre 2006)
  • Paolo Maldini
  • Alessandro Nesta
  • Giovanni Rivera
  • Paolo Rossi
  • Francesco Totti
  • Christian Vieri
  • Dino Zoff

Japon:

  • Hidetoshi Nakata

Liberia:

  • George Weah

Mexique:

  • Hugo Sánchez

Nigeria:

  • Augustine Okocha

Paraguay:

  • Romerito

Pays-Bas:

  • Marco van Basten
  • Dennis Bergkamp
  • Johan Cruyff
  • Edgar Davids
  • Ruud Gullit
  • René et Willy van de Kerkhof
  • Patrick Kluivert
  • Johan Neeskens
  • Ruud van Nistelrooy
  • Robert Rensenbrink
  • Frank Rijkaard
  • Clarence Seedorf

Pérou:

  • Teófilo Cubillas

Pologne:

  • Zbigniew Boniek

Portugal:

  • Manuel Rui Costa
  • Eusébio
  • Luis Figo

République tchèque:

  • Josef Masopust
  • Pavel Nedvěd

Roumanie:

  • Gheorghe Hagi

Russie:

  • Rinat Dasaev

Sénégal:

  • El Hadji Diouf

Turquie:

  • Emre Belözoğlu
  • Rüstü Reçber

Ukraine:

  • Andriy Shevchenko

Uruguay:

  • Enzo Francescoli

Parcours junior :

  • Lors des saisons entre 1990 et 1993, Ronaldo joue sous les couleurs du club brésilien Sao Cristóvão

Parcours professionnel incluant les compétitions nationales et internationales :

  • Lors des saisons entre 1992 et 1994, Ronaldo marque 58 buts en 60 matchs disputés sous les couleurs du club brésilien Cruzeiro EC
  • Lors des saisons entre 1994 et 1996, Ronaldo marque 55 buts en 57 matchs disputés sous les couleurs du club néerlandais PSV Eindhoven
  • Lors de la saison 1996-1997, Ronaldo marque 47 buts en 49 matchs disputés sous les couleurs du club espagnol FC Barcelone
  • Lors des saisons entre 1997 et 2002, Ronaldo marque 59 buts en 99 matchs disputés sous les couleurs du club italien Inter Milan
  • Lors des saisons entre 2002 et 2007, Ronaldo marque 104 buts en 177 matchs disputés sous les couleurs du club espagnol Real Madrid
  • Lors de la saison 2007-2008, Ronaldo marque 9 buts en 20 matchs disputés sous les couleurs du club italien Milan AC
  • Lors des saisons entre 2008 et 2011, Ronaldo marque 35 buts en 69 matchs disputés sous les couleurs du club brésilien SC Corinthians

Au total, tout au long de son parcours professionnel, de 1993 à 2011, soit une période de 18 ans, le joueur brésilien a marqué 367 buts en 531 matchs.

Palmarès incluant les matchs officiels joués en sélections en équipe nationale :

  • 6 sélections avec l’équipe olympique du Brésil en 1996, lors desquelles il a inscrit 5 buts
  • 98 sélections avec l’équipe nationale du Brésil entre 1994 et 2011, lors desquelles il a inscrit 62 buts

Sur le plan humanitaire :

Outre ses qualités en tant qu’attaquant, mondialement reconnues, on connait aussi Ronaldo pour être une personne ouverte aux autres, dotée d’un grand cœur et dont le sourire est illuminant.

C’est ainsi qu’il s’est engagé dans l’humanitaire, dans des projets caritatifs au Brésil, devenant par exemple l’ambassadeur de la lutte contre l’analphabétisme, ayant au préalable donné son accord au gouvernement brésilien pour ce faire. Ce rôle lui incombe de grandes responsabilités où il s’engage en faveur des favelas, qu’il connait très bien pour être lui-même natif de ces quartiers pauvres. En 2001, Ronaldo fait un geste en faveur de la scolarisation et l’apprentissage en informatique de jeunes cariocas qui se trouvent en difficulté, offrant alors un chèque de 600 000 euros. A part cela, Ronaldo appuie le Brésil en devenant également un acteur important dans la construction de centres sportifs, de bâtiments hospitaliers ou encore de centres de recherche médicale.

Sur le plan international, il est nommé ambassadeur de bonne volonté de l’ONU en 2000. A ce titre, il effectue un déplacement au Maroc en décembre 2006 pour apporter son soutien en faveur de l’enfance.

Entre Zinedine Zidane et Ronaldo, deux hommes et deux joueurs tous issus de quartiers difficiles, existe un respect mutuel qui s’est rapidement transformé en grande amitié et qui sera renforcée par les mêmes causes humanitaires au sein de l’Organisation des Nations unies. C’est ainsi qu’ils collaborent pour le parrainage d’initiatives humanitaires, participant notamment à une soirée de bienfaisance à Genève le 6 décembre 2002 qui est mise à profit en faveur de la recherche contre le SIDA.

De plus, les deux amis organisent également de façon occasionnelle des « Matchs contre la pauvreté », pour lever des fonds pour le compte du PNUD. L’argent ainsi récolté a servi à la réalisation de deux projets humanitaires en République démocratique du Congo pendant l’année 2007.

Cette même année, dans le cadre de la réalisation de projets éducatifs et sanitaires à Haïti, un chèque de 120 000 dollars a été reçu de la part de Ronaldo. L’année 2007 aura également vu sa désignation par la Croix Rouge en tant que « volontaire n°1 ».

Autres activités:

Il est vrai que la carrière d’un sportif, notamment un joueur de football, peut être de courte durée, et ce pour différentes raisons. Néanmoins, ce n’est pas pour autant qu’il doive définitivement abandonner le domaine du football. C’est ainsi que, dans l’optique de l’édition 2010 de la Coupe du monde de la FIFA, dont l’Afrique du Sud a été le pays hôte, Ronaldo s’est engagé pour la promotion des projets écologiques. D’ailleurs, il décide de créer une agence spécialisée en conseils et en gestion des affaires sportives, notamment en collaboration avec son agent, moins d’une semaine après avoir annoncé sa retraite sportive.

1 comment for “Quel est le meilleur buteur de la coupe du monde?

  1. jackson
    17 février 2014 at 4 h 07 min

    Ronaldo dalima est le grand joueur de l’histoire du foot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *